Page d'accueil Chine-Tunisie Sur la Chine Visa Commerce et Investissement Tourisme
Conférence de presse du 2 novembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020/11/02

CCTV :Des experts internationaux de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont tenu avec leurs confrères chinois la première vidéoconférence dédiée aux échanges sur la traçabilité de la COVID-19. Pouvez-vous le confirmer et présenter brièvement la conférence ?

Wang Wenbin : Le 30 octobre, comme convenu entre les deux parties, le groupe d'experts chinois et le groupe d'experts internationaux de l'OMS ont tenu une vidéoconférence sur la traçabilité du virus de la COVID-19.

Les experts chinois ont présenté les progrès de leur travail pour la traçabilité environnementale et moléculaire, et celle parmi les populations et les animaux, ainsi que dans les voies de transmission comme la chaîne du froid. Le groupe d'experts internationaux a remercié les scientifiques chinois pour leur travail considérable et remarquable sur la traçabilité du virus et a présenté la situation de la recherche scientifique mondiale en la matière. Les deux parties sont convenues de poursuivre les échanges sur les recherches scientifiques dans la traçabilité et de promouvoir sans relâche ce travail. Le Directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus et le Directeur exécutif chargé du Programme de l'OMS de gestion des situations d'urgence sanitaire Michael Joseph Ryan ont brièvement participé à la réunion, affirmant que l'OMS soutiendrait de tous ses efforts la coopération mondiale en matière de recherche scientifique sur la traçabilité de la COVID-19 afin de mieux prévenir l'épidémie et d'y répondre.

La Chine continuera de participer activement à la recherche scientifique mondiale sur la traçabilité du virus et les voies de transmission, et travaillera avec la communauté internationale pour contribuer à la coopération internationale en vue de la traçabilité de l'épidémie et à la réponse coopérative à l'épidémie. Au fur et à mesure que le processus de traçabilité progresse, il pourrait impliquer plus de pays et de régions. Nous espérons également que tous les pays concernés adopteront, comme la Chine, une attitude positive dans leur coopération avec l'OMS.

Beijing Daily : Selon des reportages, le 30 octobre, un juge du tribunal de district de Pennsylvanie aux États-Unis a ordonné de suspendre l'interdiction de TikTok du Département du Commerce des États-Unis qui entrera en vigueur le 12 novembre. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai remarqué les reportages concernés. La Chine s'oppose toujours aux pratiques d'intimidation des États-Unis qui consistent à abuser du concept de sécurité nationale et du pouvoir de l'État pour réprimer de manière déraisonnable les entreprises étrangères. Nous avons également constaté que le juge avait écrit : toute la description de l'administration (américaine) sur la menace que représente l'application TikTok pour la sécurité nationale est hypothétique. Nous espérons que les États-Unis respecteront effectivement les principes de l'économie de marché et de la concurrence loyale, observeront les normes économiques et commerciales internationales et offriront un environnement d'affaires ouvert, équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises de tous les pays pour leurs investissements et opérations aux États-Unis.

Agence de presse Xinhua : Suite à l'annonce du Président Xi Jinping selon laquelle la Chine s'efforcera d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2060, le Japon et la République de Corée ont aussi successivement annoncé leurs objectifs de l'atteinte de la neutralité carbone. Patricia Espinosa, la Secrétaire exécutive du Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a salué ces engagements le 30 octobre, estimant que la Chine, le Japon et la République de Corée avaient fait preuve de leadership dans la relance des efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique et avaient apporté une contribution significative à la promotion de la réalisation des objectifs de l'Accord de Paris par la communauté internationale, et que cela aiderait à encourager davantage de pays à agir avec des mesures plus audacieuses. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Comme le proverbe le dit, « seul on va vite, ensemble on va loin ». La partie chinoise se félicite des annonces successives faites par les pays concernés sur leurs objectifs de neutralité carbone et salue le rôle important du Secrétariat de la CCNUCC, sous la direction de Mme Espinosa, dans l'avancement de la gouvernance climatique multilatérale depuis de nombreuses années.

Cette année marque le cinquième anniversaire de la conclusion de l'Accord de Paris. La communauté internationale fait preuve de solidarité et unit les forces pour augmenter réellement l'ambition des actions contre le changement climatique et relever le défi commun par l'intelligence collective et les efforts concertés. La cinquième session plénière du 19e Comité central du Parti communiste chinois (PCC) qui vient de s'achever a examiné et adopté les Propositions du Comité central du PCC pour l'élaboration du 14e Plan quinquennal (2021-2025) pour le développement économique et social national et les Objectifs à long terme à l'horizon 2035. La session plénière a fixé les objectifs à long terme de la réalisation, pour l'essentiel, de la modernisation socialiste en 2035, plus précisément, la généralisation des modes de vie et de production verts, la diminution dans la stabilité des émissions après le pic, l'amélioration fondamentale de l'environnement écologique et la réalisation, pour l'essentiel, des objectifs de la construction d'une belle Chine. La détermination de la Chine pour lutter contre le changement climatique est ferme, sa volonté d'en promouvoir la coopération est sincère, et ses actions de la mise en œuvre sont solides. Elle s'efforcera comme par le passé de contribuer davantage à la lutte mondiale contre le changement climatique. En même temps, nous avons un esprit ouvert pour accueillir plus de pays dans des actions visant à protéger notre foyer commun qu'est la Terre.

Reuters : La demande de prolongation de visa des journalistes chinois aux États-Unis sera expirée au début novembre. Si la demande est expirée et que les visas ne sont pas renouvelés, comment la Chine y répondra-t-elle ? Prendra-t-elle des contre-mesures sur les journalistes américains en Chine ?

Wang Wenbin : Pour autant que je sache, une partie des journalistes chinois ont été informés la semaine dernière de l'approbation par les États-Unis de leur demande de prolongation de visa, dont la période valide est du 4 août au 4 novembre. Autrement dit, ces visas ne sont valides que pour moins d'une semaine, et pour certains, seulement trois jours. Les journalistes ont été obligés de formuler immédiatement une nouvelle demande de prolongation de visa. De plus, jusqu'à présent, certains journalistes chinois n'ont toujours pas reçu une réponse claire des États-Unis, qui leur ont voire interdit de travailler en attendant la réponse à leur demande de renouvellement de visa. Cela a plongé le travail et la vie des journalistes chinois aux États-Unis dans une énorme incertitude.

En ce qui concerne ce qui s'est passé dans le domaine médiatique entre la Chine et les États-Unis, les tenants et les aboutissants sont parfaitement clairs. La Chine a clairement présenté aux États-Unis sa position, ses préoccupations et ses demandes par le canal diplomatique bilatéral. Dans le respect du principe de « mot pour mot, action pour action », la Chine adoptera toutes les mesures nécessaires pour défendre les droits et intérêts légitimes et légaux des journalistes chinois. Nous exhortons une fois de plus les États-Unis à abandonner leur illusion, et à faire cesser les persécutions et répressions politiques contre les journalistes chinois. Sinon, la Chine prendra sûrement et résolument des mesures réciproques. Ne prétendez pas que vous n'avez pas été avertis.

CCTV : Un tremblement de terre de magnitude 6,9 a frappé la mer Égée le 30 octobre, causant 76 morts et 962 blessés en Turquie, et 2 morts et une dizaine de blessés en Grèce. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Y a-t-il des citoyens chinois morts ou blessés dans le séisme ?

Wang Wenbin : La Chine suit de près les informations du tremblement de terre en mer Égée qui a causé de nombreux morts et blessés. Nous exprimons nos profondes condoléances aux victimes et adressons nos cordiales sympathies à leurs familles et aux blessés.

Les Ambassades de Chine en Turquie et en Grèce ont immédiatement activé le mécanisme d'urgence pour contacter les parties concernées afin de vérifier leur situation. Jusqu'à présent, aucune victime et aucun blessé de nationalité chinoise n'a été signalé. Notre Ministère et les Ambassades de Chine en Turquie et en Grèce continueront à suivre de près la situation de séisme et à fournir des assistances nécessaires à temps aux citoyens chinois.

Bloomberg : Selon Bloomberg, l'Australie a fait savoir que des douaniers chinois traînaient les importations de fruits de mer australiens. L'Australie a réussi à combattre la pandémie de COVID-19, en particulier en Australie-Occidentale, le plus grand État exportateur de la langouste. Ma première question : pourquoi seuls les fruits de mer australiens sont-ils victimes du retardement du dédouanement ? Ma deuxième question : il y a deux autres reportages, l'un du South China Morning Post disant que la Chine envisagerait de restreindre les importations de sucre, de minerai de cuivre et de concentré de cuivre australiens cette semaine, et l'autre de Reuters affirmant que la Chine avait rejeté la demande de l'Australie de supprimer le droit de douane supplémentaire sur l'orge australienne. Ces questions sont toutes liées au report et à l'interdiction des importations de produits australiens. Avec tant d'exemples, il est difficile de ne pas prendre cela comme une forme de représailles. Quels sont les commentaires de la Chine sur les trois informations susmentionnées, en particulier sur la question des fruits de mer ?

Wang Wenbin : En ce qui concerne la première question, les douanes chinoises prennent des mesures d'inspection sanitaire et de quarantaine des fruits de mer importés conformément à la loi aux ports d'importation, et les laisseront passer s'ils répondent aux normes concernées. C'est non seulement une obligation pour se conformer aux lois et règlements concernés du pays, mais aussi une nécessité pour assurer la sécurité sanitaire des produits alimentaires importés aux consommateurs chinois.

Quant à la deuxième question, la Chine s'attache toujours au développement des relations de coopération d'amitié avec les autres pays sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages réciproques. Nous sommes depuis toujours d'avis qu'une relation saine et stable entre la Chine et l'Australie est dans l'intérêt fondamental des deux peuples. En même temps, le respect mutuel est la base et la garantie de la coopération pragmatique entre les pays. Nous espérons que l'Australie déploiera davantage d'efforts pour favoriser la confiance mutuelle et la coopération avec la Chine, et faire valoir l'esprit de partenariat stratégique global Chine-Australie, de manière à remettre les relations Chine-Australie sur la bonne voie le plus rapidement possible.

Phoenix TV : Selon un logiciel de suivi des vols, après la visite au Viet Nam du Secrétaire d'État américain Mike Pompeo, son avion a traversé l'espace aérien de la Chine pour voler vers le Japon. Selon des analyses, il est fort possible que l'itinéraire ait été approuvé par la Chine, et une telle interaction entre la Chine et les États-Unis est un signal positif sur fond de tensions dans les relations bilatérales. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine examine et autorise le survol des avions étrangers de son espace aérien selon la loi et les règlements concernés.

Shenzhen TV : Le Département d'État américain vient de lancer une page Internet dédiée aux droits de l'homme en Chine, accusant la Chine de ne pas respecter les droits de l'homme dans les questions liées au Xinjiang, au Tibet, à Hong Kong, à la liberté de religion et dans d'autres domaines. Quelle est la réaction de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : S'agissant de l'évaluation et de la discussion des questions des droits de l'homme, il faut avoir des connaissances globales et objectives sur la situation des droits de l'homme d'un pays ou d'une région. Respectueux du rôle central du peuple pour les droits de l'homme, le gouvernement chinois a réalisé des percées historiques dans son développement en mettant les 1,4 milliard de Chinois, autrefois pauvres, à l'abri des besoins élémentaires, puis leur assurant une vie de moyenne aisance. L'espérance de vie moyenne du peuple chinois est passée de 35 ans à 77 ans. Plus de 700 millions de personnes sont désormais sorties de la pauvreté. Nous avons aussi construit les plus grands systèmes du monde en termes d'éducation, de protection sociale, de soins médicaux et de démocratie aux échelons de base. Les libertés d'expression, de religion et de croyance des citoyens ainsi que le droit des minorités ethniques à la participation à la gestion des affaires d'État sont protégés conformément à la loi. Le gouvernement chinois accorde la priorité à la vie, et a adopté les mesures de prévention et de contrôle de l'épidémie les plus strictes et les plus rigoureuses pour protéger de tous ses efforts la vie, les valeurs et la dignité de l'homme, et a ainsi obtenu des succès stratégiques majeurs contre le virus. Récemment, la Chine a été élue pour la cinquième fois, membre du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, ce qui a pleinement reflété la haute approbation de la communauté internationale du développement et des progrès de la cause des droits de l'homme en Chine ainsi que de la participation active de la Chine à la gouvernance mondiale des droits de l'homme.

Les États-Unis, aveugles devant ces faits fondamentaux et leur propre violation extravagante des droits de l'homme, diffament et déshonorent la situation des droits de l'homme en Chine. La Chine s'y oppose fermement. Les scandales concernant la discrimination raciale, les brutalités policières et les maltraitances de prisonniers se succèdent les uns aux autres aux États-Unis, qui ont aussi intimidé et sanctionné arbitrairement les autres pays et déclenché des guerres, causant des centaines de milliers de morts et de blessés parmi les civils innocents, des millions de réfugiés déplacés, et la pénurie d'alimentations et de médicaments des dizaines de millions de personnes. Les États-Unis agissent contrairement à leurs mots, ce qui a pleinement révélé leur ingérence dans les affaires intérieures d'autrui sous prétexte de la protection des droits de l'homme. En ce qui concerne les droits de l'homme, il faut que les États-Unis réfléchissent sérieusement sur eux-mêmes, et remédient effectivement à leurs nombreux problèmes sur les droits de l'homme. Ils n'ont ni la qualification ni le pouvoir d'agir comme un donneur de leçon en matière de droits de l'homme, et ne doivent pas se permettre de fabriquer des virus politiques et de diffuser de fausses informations.

Reuters : Ma question concerne aussi le commerce avec l'Australie. Selon des reportages, la Chine a interdit l'importation des grumes de l'État du Queensland de l'Australie. Pouvez-vous le confirmer ?

Wang Wenbin : Depuis le début de cette année, les douanes chinoises ont détecté à plusieurs reprises des insectes ravageurs vivants comme longicornes et buprestes dans des grumes importées d'Australie. Une fois entrés en Chine, ces insectes nuisibles menaceront sérieusement la production forestière et la sécurité écologique de la Chine. Conformément aux lois et règlements nationaux en matière de quarantaine, la Chine a traité les bois concernés avec des pesticides. Dans le même temps, en vertu des normes internationales, la Chine a informé l'Australie de cette non-conformité et lui a demandé d'enquêter sur les raisons et de prendre des mesures afin d'en prévenir la répétition. Nous espérons que l'Australie prendra des mesures concrètes et efficaces, renforcera la quarantaine des exportations, et assurera la conformité des grumes exportées aux exigences de quarantaine de la Chine.

***********************************************************

Après la conférence, un journaliste a posé la question : Le 30 octobre, le Secrétaire d'État adjoint américain David Stilwell a prononcé un discours, lançant des accusations sans fondement contre le PCC et le travail du Front uni. Quelle est la réponse de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Le discours du Secrétaire d'État adjoint américain David Stilwell est plein de déformation et de diffamation contre le PCC et le travail du Front uni. Il s'agit de mensonges politiques purs et simples.

Le PCC s'engage à servir le peuple de tout cœur et à tout faire pour les masses, et souhaite s'appuyer sur elles en toutes circonstances. Il a dirigé le peuple chinois pour obtenir des réalisations brillantes dans la révolution et la construction du pays, recevant le soutien sans réserve de l'immense majorité de la population chinoise. Toute tentative visant à semer la discorde entre le PCC et le peuple chinois, qui sont étroitement liés l'un à l'autre, est vouée à l'échec.

Le principe fondamental du Front uni sous la direction du PCC est de promouvoir l'unité et la coopération entre le PCC et les autres partis politiques et tous les milieux, ethnies, organisations et personnalités. Il vise à promouvoir plus de consensus dans tous les domaines, à coordonner les relations de différentes parties, et à nouer une amitié profonde avec plus d'amis de différents horizons, pour que toutes les personnes puissent fédérer leurs volonté et efforts en vue de la prospérité et de la puissance du pays, de l'harmonie de la société et du bonheur du peuple.

La Chine préconise depuis toujours le respect de l'inclusivité et de l'enrichissement mutuel entre les différentes civilisations du monde, et travaille à promouvoir l'entente harmonieuse, la coopération gagnant-gagnant et le développement pacifique de tous les pays du monde. Solidaires avec les ressortissants chinois à l'étranger et les étudiants chinois à l'étranger, nous valorisons pleinement leur rôle de pont reliant la Chine et le reste du monde, afin d'encourager les échanges humains et culturels normaux au niveau populaire et le développement de relations amicales entre la Chine et les autres pays du monde. La Chine n'a rien à cacher ni à se reprocher.

La Chine poursuit depuis tout le temps la politique étrangère de paix, d'indépendance et d'autonomie et la voie de développement pacifique. Elle ne cherche jamais l'hégémonie ni l'expansion. C'est ainsi que la Chine a de nombreux amis dans les quatre coins du monde. Elle ne doit en aucun cas être accusée d'« infiltration et menace pour l'étranger ». La communauté internationale le voit bien clair.

Récemment, des officiels américains ont crié de toutes leurs forces pour calomnier et discréditer la Chine. Leur intention est de détourner l'attention et de rejeter les responsabilités sur autrui. Néanmoins, les mensonges ne deviendront jamais la vérité quoique répétés mille fois. Nous exhortons ces personnes de la partie américaine à cesser de diffuser leurs diffamations contre la Chine, et à mettre fin à leur jeu méprisable et inefficace, car leurs mensonges ne tromperont plus personne dans le monde.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer