Conférence de presse du 25 mai 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2021/05/25

CCTV : À l'issue d'un débat public du Conseil de Sécurité sur la sûreté et la sécurité des Casques bleus tenu à l'aube du 25 mai, heure de Beijing, les membres du Conseil de Sécurité ont adopté à l'unanimité la déclaration du Président sur la sûreté et la sécurité des forces de maintien de la paix des Nations Unies, proposée par la Chine. À la présidence tournante du Conseil de Sécurité pour le mois de mai, la Chine pourrait-elle présenter les informations concernées ?

Zhao Lijian : Grâce aux efforts agissants déployés par la Chine, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté par consensus la déclaration du Président sur la sûreté et la sécurité des forces de maintien de la paix de l'ONU, rédigée par la Chine. Elle a formulé de nouvelles exigences claires en matière de réalisation des examens réguliers et institutionnels des sujets liés à la sûreté et à la sécurité des Casques bleus, de vaccination du personnel de maintien de la paix des Nations Unies et d'utilisation de nouvelles technologies pour renforcer la sûreté et la sécurité des soldats de la paix, constituant un autre document directif dans le domaine de la sûreté et de la sécurité des Casques bleus.

Les opérations de maintien de la paix de l'ONU représentent un outil important pour maintenir la paix et la sécurité internationales. Actuellement, les Casques bleus font face à des risques de sécurité qui se multiplient significativement. À la présidence tournante du Conseil de Sécurité, la Chine a travaillé ensemble avec les autres membres du Conseil de Sécurité pour se concentrer sur les risques aigus de sécurité auxquels fait face le personnel de maintien de la paix, avancer des mesures pragmatiques bien ciblées et élaborer une déclaration du Président en la matière, ce qui a illustré un nouveau consensus au sein du Conseil de Sécurité sur la protection de la sûreté et de la sécurité des Casques bleus dans les nouvelles circonstances.

La Chine, membre permanent du Conseil de Sécurité, le plus grand pourvoyeur de force de maintien de la paix parmi les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité et Président du Groupe d'amis sur la sûreté et la sécurité des Casques bleus des Nations Unies, continuera de travailler avec les autres parties pour promouvoir une meilleure garantie de la sûreté et de la sécurité du personnel de maintien de la paix et mieux mettre en valeur le rôle important des opérations de maintien de la paix en faveur de maintien de la paix et de la sécurité internationales.

Bloomberg : Compte tenu de la situation épidémique actuelle au Japon, les États-Unis ont proposé à leurs citoyens d'éviter d'aller au Japon. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? Envisage-t-elle d'émettre un avertissement de voyage au Japon ?

Zhao Lijian : À l'heure actuelle, la situation épidémique demeure très grave à l'échelle mondiale. La Chine conseille toujours à ses citoyens d'éviter les voyages transfrontaliers non nécessaires par souci de leur santé et de leur sécurité.

Quant à votre deuxième question, je n'ai pas d'information à publier pour le moment.

Beijing Daily : Le 24 mai, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a accordé une interview exclusive à un média. En réponse à une question sur l'éventualité d'une alliance russo-chinoise contre les États-Unis, M. Lavrov a déclaré que la Russie et la Chine étaient satisfaites du modèle actuel de leur coopération bilatérale, qui leur permettait de résoudre leurs problèmes dans le cadre d'un dialogue bilatéral, de défendre efficacement leurs intérêts au sein des organisations multilatérales et de coordonner leurs actions sur la scène internationale. En travaillant ensemble, la Russie et la Chine exercent une influence positive et stabilisatrice sur la situation mondiale et régionale. Selon lui, les relations entre la Russie et la Chine sont au plus haut niveau dans leur histoire, en grande partie parce que le modèle existant de relations bilatérales est « supérieur, dans une certaine mesure, au niveau de coordination interétatique dans les unions formées pendant la guerre froide ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous apprécions les remarques positives faites par le Ministre russe des Affaires étrangères Lavrov. Le partenariat de coordination stratégique global Chine-Russie pour la nouvelle ère est aussi solide qu'un roc. Les relations sino-russes ont résisté à l'épreuve de l'évolution du paysage international et sont devenues une force stabilisatrice du monde d'aujourd'hui parce que les deux parties adhèrent toujours au principe de non-alliance, de non-confrontation et de non-hostilité envers un tiers pays, respectent toujours les intérêts fondamentaux de l'autre et tiennent compte des préoccupations légitimes de l'autre, assument toujours leurs responsabilités, défendent la justice et sauvegardent fermement le système international centré sur les Nations Unies et l'ordre international fondé sur le droit international. La Chine est prête à travailler avec la Russie et le reste de la communauté internationale pour continuer de soutenir et de pratiquer un véritable multilatéralisme, de rendre les relations internationales plus démocratiques, d'approfondir la coopération mutuellement bénéfique entre les différents pays et d'insuffler un nouvel élan et des éléments stabilisateurs à la paix et au développement du monde.

Global Times : Le 25 mai, lors d'un briefing sur les résultats de la visite du Président de la République de Corée Moon Jae-in aux États-Unis, le Ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Énergie de la République de Corée Moon Sung-wook a déclaré que les contenus économiques dans la déclaration conjointe des Chefs d'État de la République de Corée et des États-Unis n'excluaient aucun pays en particulier. Il a ajouté que la Chine était le plus grand marché d'exportation et un partenaire économique important de la République de Corée, et que les entreprises de la République de Corée continueraient d'investir en Chine. Le gouvernement de la République de Corée approfondira la coopération économique avec ses principaux partenaires commerciaux, dont la Chine et les États-Unis. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons pris note des remarques faites par le Ministre Moon Sung-wook. La Chine et la République de Corée sont de proches voisins et d'importants partenaires de coopération. Dans l'ère de la mondialisation, les chaînes industrielles, d'approvisionnement et de valeur des deux pays sont profondément intégrées. Il est dans l'intérêt commun des deux parties de mener à bien la coopération en matière d'investissement et de commerce conformément aux lois de l'économie de marché et aux règles du libre-échange. La Chine invite les entreprises de la République de Corée à continuer de jouer un rôle important dans le renforcement de la coopération économique et commerciale entre la Chine et la République de Corée et promouvoir le développement des relations bilatérales.

China Daily : Lors de la conférence de presse tenue le 24 mai, le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Rafael Mariano Grossi a annoncé la prolongation jusqu'au 24 juin de l'« accord technique provisoire » pour les activités de vérification et de surveillance de l'AIEA en Iran. Quels sont les commentaires de la Chine en la matière ? Quel impact cela aura-t-il sur les négociations sur le nucléaire iranien en cours à Vienne ? Comment la Chine voit-elle les perspectives de ces négociations et quel rôle y joue-t-elle ?

Zhao Lijian : La Chine se félicite de la prolongation de l'accord technique entre l'Iran et l'AIEA, et espère que cet accord sera fidèlement mis en œuvre. La Chine est d'avis que cela reflète la volonté politique de la partie iranienne de travailler pour produire des résultats lors des négociations sur la reprise des engagements dans le cadre du Plan d'action global commun (PAGC-JCPOA), permettant de gagner un temps précieux pour les négociations. À l'heure actuelle, d'importants progrès substantiels ont été réalisés dans les négociations sur le nucléaire iranien, mais certaines divergences existent quand-même. La Chine espère que les parties concernées renforceront leur sens de l'urgence, prendront une décision politique dès que possible et favoriseront une percée rapide dans les négociations.

En tant que partie importante au PAGC-JCPOA, la Chine a activement encouragé le règlement politique et diplomatique de la question nucléaire iranienne, et a beaucoup travaillé pour remettre le PAGC-JCPOA sur les rails dans le but de maintenir le système international de non-prolifération nucléaire ainsi que la paix et la stabilité au Moyen-Orient. Toujours engagée en faveur d'un règlement politique, la Chine a amené les parties au PAGC-JCPOA à mettre sérieusement en œuvre le consensus atteint lors de la réunion des Ministres des Affaires étrangères sur la question nucléaire iranienne en décembre dernier, et a entamé des négociations sur la reprise des engagements par les États-Unis et l'Iran. Nous avons exhorté les États-Unis à réfléchir à leur retrait du traité et à lever toutes les sanctions concernées contre l'Iran, et l'Iran à reprendre la mise en œuvre intégrale de ses engagements sur cette base. Jouant depuis toujours un rôle agissant de médiateur, la Chine s'est efforcée d'aplanir les divergences entre les parties en proposant la « solution chinoise » pour favoriser l'avancement des négociations. La Chine a respecté ses engagements et surmonté diverses difficultés pour faire du projet de rénovation du réacteur à eau lourde d'Arak en Iran un point fort dans la mise en œuvre du PAGC-JCPOA. La Chine a toujours fermement défendu ses droits et intérêts légitimes et a activement travaillé à la levée complète et totale par les États-Unis de toutes leurs sanctions unilatérales illégales imposées à l'Iran et à des parties tierces telles que la Chine. La Chine s'est toujours engagée à maintenir la paix et la stabilité régionales, et a préconisé la mise en place d'une plateforme de dialogue multilatéral pour la région du Golfe afin de répondre aux préoccupations de toutes les parties en matière de sécurité par le biais de consultations sur un pied d'égalité, sous réserve du respect du PAGC-JCPOA.

Comme le dit un proverbe chinois, « qui fait un voyage de cent lis ne doit se considérer à mi-chemin que lorsqu'il en a franchi quatre-vingt-dix ». La Chine espère que toutes les parties pourront agir dans l'intérêt général et à long terme, mettre pleinement en valeur leur sagesse politique, résoudre les questions en suspens avec une attitude souple et pragmatique, et parvenir rapidement à un plan final pour la reprise des engagements par les États-Unis et l'Iran, de sorte à promouvoir le retour du PAGC-JCPOA sur la bonne voie. La Chine continuera de déployer des efforts inlassables pour promouvoir ce processus diplomatique, tout en défendant fermement ses droits et intérêts légitimes et légaux.

China News Service : Hier, le Président Xi Jinping s'est entretenu par téléphone avec le Président vietnamien Nguyen Xuan Phuc. Quelle est la signification importante de cet entretien téléphonique pour les relations entre les deux Partis et les deux pays ?

Zhao Lijian : Hier, le Président Xi Jinping a eu un entretien téléphonique avec le Président vietnamien Nguyen Xuan Phuc, lors duquel ils ont échangé leurs points de vue de façon approfondie sur les relations entre les deux Partis et les deux pays.

Le Président Xi Jinping a déclaré que le Parti communiste chinois (PCC) célébrerait son centenaire, que la Chine avait entamé la nouvelle marche de l'édification intégrale d'un pays socialiste moderne, et que le Viet Nam s'efforcerait également de réaliser ses deux objectifs du centenaire. Les deux pays doivent considérer et traiter les relations entre les deux Partis et les deux pays dans une perspective stratégique et à long terme et tracer la bonne voie à suivre pour le développement des relations sino-vietnamiennes.

Le Président Nguyen Xuan Phuc a chaleureusement félicité le PCC pour son centenaire. Il a salué la Chine pour sa victoire dans les trois combats que sont la lutte contre la pandémie, la reprise de l'économie et la réduction de la pauvreté, réalisée sous la ferme direction du PCC avec le Secrétaire général Xi Jinping comme centre dirigeant, et a félicité la Chine pour sa grande transformation réussie, qui lui avait permis de passer d'une nation qui s'était relevée à une nation riche puis à une nation puissante. Le Président Nguyen Xuan Phuc a exprimé son souhait de voir la Chine accomplir des réalisations encore plus importantes dans son parcours vers son objectif du deuxième Centenaire.

Je tiens à souligner que la Chine et le Viet Nam sont des pays socialistes amis et voisins liés par des montagnes et des eaux, et qu'ils disposent d'une amitié traditionnelle marquée par « la camaraderie et la fraternité » et partagent des idéaux communs. Ces dernières années, les relations entre les deux Partis et les deux pays maintiennent un bon élan de développement, et cet entretien téléphonique a d'autant plus indiqué la voie à suivre pour le développement des relations bilatérales dans la prochaine période. La Chine attache une grande importance à ses relations avec le Viet Nam, et entend travailler avec la partie vietnamienne pour adapter sans cesse leur coopération stratégique globale à la nouvelle ère, et bâtir activement une communauté d'avenir partagé Chine-Viet Nam dotée de sens stratégique, afin d'injecter un nouvel élan au développement des relations entre les deux Partis et les deux pays ainsi que de leurs causes socialistes.

Shenzhen TV : Selon des reportages, les Îles Salomon ont commencé à inoculer les vaccins de Sinopharm offerts par la Chine. Pourriez-vous fournir plus d'informations ?

Zhao Lijian : Le 21 mai, les Îles Salomon ont organisé la cérémonie de lancement de l'inoculation des vaccins offerts par la Chine, en présence du Premier Ministre Manasseh Sogavare, du Vice-Premier Ministre Manasseh Maelanga et de plusieurs Ministres du cabinet. Le Premier Ministre Sogavare y a prononcé un discours, exprimant sa sincère gratitude au Président Xi Jinping et au gouvernement chinois pour avoir fourni une assistance en matière de vaccins, et disant que le gouvernement salomonais faisait entièrement confiance à la sécurité et à l'efficacité des vaccins chinois, et prévoyait d'étendre l'inoculation du vaccin de Sinopharm à toutes les provinces du pays. Le Vice-Premier Ministre Maelanga a été le premier à recevoir le vaccin de Sinopharm à l'occasion de la cérémonie.

Les Îles Salomon sont le premier pays insulaire du Pacifique à inoculer des vaccins chinois dans tout le pays. Il s'agit d'une manifestation concrète dans la région des pays insulaires du Pacifique de l'engagement ferme de la Chine consistant à faire du vaccin un bien public mondial et d'une action concrète de la Chine pour promouvoir la construction d'une communauté de santé pour tous, et cela démontre la bonne dynamique du développement global des relations entre la Chine et les Îles Salomon depuis l'établissement de leurs relations diplomatiques en septembre 2019. Cela aidera certainement les Îles Salomon à sauvegarder la vie et la santé de sa population et à vaincre finalement l'épidémie.

Bloomberg : La Ministre néo-zélandaise des Affaires étrangères a recommandé aux exportateurs du pays de rechercher un développement diversifié et d'exploiter activement d'autres marchés afin de répondre aux risques causés par la détérioration des relations commerciales entre la Chine et la Nouvelle-Zélande. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine et la Nouvelle-Zélande sont des partenaires de coopération importants l'une pour l'autre. Les relations sino-néo-zélandaises ont enregistré des progrès solides grâce à l'adhésion à long terme des deux parties au respect mutuel, à la confiance réciproque et à l'avantage mutuel et au gagnant-gagnant. Nous espérons que la Nouvelle-Zélande continuera d'adhérer à l'esprit de « pionnier », et au principe du respect mutuel et du traitement sur un pied d'égalité, ira dans le même sens que la Chine, agrandira le gâteau de la coopération, et éradiquera les perturbations extérieures afin de faire progresser conjointement le partenariat stratégique global Chine-Nouvelle-Zélande.

The Paper : L'Institut de recherche pour l'énergie atomique de la République de Corée (KAERI) a tenu la semaine dernière un Symposium d'experts sur le rejet de l'eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima. Les experts participants ont convenu que le gouvernement japonais n'avait pas fourni d'explication scientifique à la communauté internationale concernant les composants de l'eau contaminée et qu'une assurance verbale de « sécurité » à elle seule n'était pas l'attitude qu'il convenait d'adopter pour un membre responsable de la communauté internationale. Des internautes de la République de Corée ont appelé à empêcher le Japon de déverser dans la mer l'eau contaminée qui « pourrait faire souffrir nos enfants du cancer ». Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Dix ans se sont écoulés depuis l'accident nucléaire de Fukushima, et nous n'avons vu arriver aucune mesure de la partie japonaise pour empêcher efficacement l'eau contaminée de nuire à l'environnement écologique aux alentours. Ce qui arrive maintenant, c'est la décision unilatérale et erronée du Japon de traiter l'eau contaminée par le rejet dans la mer. Nous n'avons pas vu la Compagnie d'électricité de Tokyo (TEPCO), qui se charge de la gestion de l'accident nucléaire de Fukushima, tirer des leçons de la catastrophe. Au contraire, nous avons vu les médias révéler constamment les mauvaises conduites de la TEPCO en matière de gestion négligente et chaotique de l'énergie nucléaire, de dissimulation, de fausse information et de falsification des informations. La partie japonaise n'a cessé de décevoir sa population et la communauté internationale dans la gestion de l'accident nucléaire de Fukushima. Un grand point d'interrogation est ainsi de mise sur la question de savoir si les moyens de traitement sûrs qu'elle a annoncés sont raisonnables et scientifiques et si les informations et données qu'elle a fournies sont vraies et fiables.

Pour satisfaire ses propres intérêts égoïstes, la partie japonaise a pris une décision dangereuse qui nuira aux futures générations et à l'écologie mondiale. Si la partie japonaise ne peut pas bien prendre conscience de cette conséquence, la communauté internationale l'aidera certainement à y parvenir. Si la partie japonaise continue à faire l'innocent tout en sachant parfaitement de quoi il s'agit, la communauté internationale ne sera certainement pas d'accord. La partie japonaise doit reconnaître les responsabilités et les obligations qu'elle doit remplir en ce qui concerne la question de l'eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima, revenir sur la bonne voie de consultations avec les parties prenantes et les institutions internationales concernées, et s'abstenir d'entamer le rejet dans la mer sans autorisation.

AFP : Il y a une crise constitutionnelle dans le Samoa, État insulaire du Pacifique. Hier, la Première Ministre élue s'est vu refuser son entrée au Parlement alors que son prédécesseur a refusé de céder le pouvoir. Quelle est la position de la Chine sur cette question ? Qui sera reconnu par la Chine comme le Premier Ministre de ce pays ?

Zhao Lijian : La Chine maintient de bonnes relations avec le Samoa. La Chine poursuit toujours le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d'autrui. Nous pensons que le Samoa a la capacité et la sagesse de bien gérer ses affaires intérieures.

AFP : Les pays européens ont décidé de fermer leur espace aérien aux avions de ligne des compagnies aériennes du Bélarus après qu'un avion de ligne avait été dérouté par le Bélarus pour arrêter une personnalité de l'opposition le week-end dernier. La Chine prendra-t-elle aussi des mesures similaires ? Les avions bélarussiens sont-ils toujours autorisés à entrer dans l'espace aérien chinois ?

Zhao Lijian : Nous avons remarqué les reportages concernés. Les faits concernant l'incident ne sont pas encore éclairés. Toutes les parties doivent faire preuve de retenue et éviter une escalade de la situation avant de connaître les faits et la vérité.