Page d'accueil Chine-Tunisie Sur la Chine Visa Commerce et Investissement Tourisme
Conférence de presse du 13 février 2017 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2017/02/13

Q : Les dirigeants japonais et américain ont récemment publié une déclaration conjointe, affirmant que l’article 5 du Traité de sécurité entre les États-Unis et le Japon s’applique aux Diaoyu Dao. Les deux parties ont appelé à éviter tout acte susceptible d’attiser la tension en Mer de Chine méridionale, dont la militarisation des îles et récifs. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous exprimons nos graves préoccupations et notre ferme opposition à l’égard des allégations concernées faites par les parties japonaise et américaine. Diaoyu Dao et ses îles affiliées font partie intégrante du territoire chinois. Aucune parole, ni aucun acte de qui que ce soit ne peut changer ce fait ni ébranler notre volonté et notre détermination pour défendre la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale de notre pays. Nous nous opposons fermement à ce que le Japon fasse endosser aux États-Unis ses revendications territoriales illégales au nom du soi-disant Traité de sécurité américano-nippon. Le Japon et les États-Unis doivent faire preuve de prudence dans leurs paroles comme dans leurs actes et arrêter de tenir des propos erronés, afin d’éviter de compliquer les problèmes concernés et de produire des impacts négatifs sur la paix et la stabilité dans la région.

Concernant la question de la Mer de Chine méridionale, notre position est claire et constante. La souveraineté de la Chine sur les Nanhai Zhudao et les eaux environnantes est incontestable. Nous défendons avec fermeté la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de notre pays et œuvrons inlassablement pour régler pacifiquement les litiges ensemble avec les parties directement concernées et préserver la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale avec les pays de l’ASEAN. Les travaux de construction menés par la Chine sur ses propres îles et récifs relèvent totalement de sa souveraineté et n’ont rien à voir avec la militarisation. Le plus grand facteur conduisant à une « militarisation » en Mer de Chine méridionale est que certains pays procèdent, par l’envoi de navires et d’avions, à la démonstration de force ou cherchent à semer la discorde dans la région. Nous exhortons les États-Unis et le Japon à voir de manière objective et raisonnable la question de la Mer de Chine méridionale et à agir davantage en faveur de la paix et de la stabilité en cette mer, au lieu d’agir dans le sens contraire.

Q : Hier, la RPDC a tiré un nouveau type de missile qui, à en croire les ressources, est capable de porter des ogives nucléaires. Les États-Unis et le Japon sont en train de pousser les Nations Unies à tenir une réunion d’urgence sur ce sujet. Êtes-vous inquiet de l’escalade de tension dans la péninsule coréenne ? Soutiendrez-vous un renforcement de sanctions du Conseil de Sécurité à l’encontre de la RPDC ?

R : Nous avons pris note de ces informations et suivons de très près l’évolution de la situation. Les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité prévoient des dispositions claires sur les lancements faisant recours aux technologies de missile balistique menés par la RPDC. Nous nous opposons au lancement de missile par la RPDC en violation avec les résolutions du Conseil de Sécurité.

Dans le contexte actuel, les parties concernées doivent s’abstenir de tout acte de provocation et de tout geste susceptible d’attiser la tension régionale. Elles sont appelées à faire preuve de retenue pour préserver ensemble la paix et la stabilité dans la région.

Selon nos informations, le Conseil de Sécurité tiendra des consultations sur le tir de missile de la RPDC. La Chine continuera à participer aux discussions concernées au sein du Conseil de Sécurité avec une attitude responsable et constructive.

Q : On pense généralement que la Chine a une influence assez grande sur la RPDC. Est-ce que les États-Unis ont eu des échanges avec la Chine suite au tir de missile de la RPDC pour demander à la Chine de jouer davantage son rôle ? Selon des observateurs, ce qu’a fait la RPDC donne à la Chine une opportunité de lier le règlement de la question nucléaire de la péninsule coréenne à la préservation de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale pour demander aux États-Unis de coopérer avec elle. Pensez-vous que ces analyses sont fondées ?

R : La question du nucléaire et des missiles de la RPDC trouve son origine dans les conflits RPDC-États-Unis et RPDC-République de Corée. En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité et membre responsable de la communauté internationale, la Chine applique depuis toujours les résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité de manière intégrale et complète et œuvre activement à promouvoir la paix et les négociations en faveur du règlement de la question de la péninsule coréenne. Nos efforts sont généralement reconnus et salués par la communauté internationale.

Nous estimons que le dialogue et les consultations constituent la seule issue du problème de la péninsule et espérons voir les différentes parties prendre leur responsabilité et faire ce qu’ils doivent faire. La Chine est prête à continuer à travailler ensemble avec les États-Unis et les autres parties concernées pour contribuer au règlement de la question nucléaire de la péninsule coréenne et à la préservation de la paix et de la stabilité dans la péninsule.

Q : Le vétéran chinois Wang Qi, après avoir vécu 54 ans en Inde, est rentré en Chine ces derniers jours. Quels sont les impacts qu’aura cette affaire sur les relations sino-indiennes ?

R : Mon collègue a répondu à des questions sur ce sujet la semaine dernière. Grâce aux efforts conjugués de la Chine et de l’Inde, M. Wang Qi est rentré sans à-coup en Chine le 11 février pour retrouver sa famille. Je crois que vous avez déjà remarqué dans la presse des informations assez détaillées en la matière. Nous apprécions les concours prêtés par les départements concernés du gouvernement indien dans cette affaire.

Q : Vous disiez que la question du nucléaire et des missiles de la RPDC était due aux conflits RPDC-États-Unis et RPDC-République de Corée. Pourriez-vous préciser comment les conflits RPDC-République de Corée ont-ils conduit à cette question ?

R : La question du nucléaire et des missiles de la RPDC trouve son origine dans les conflits RPDC-États-Unis et RPDC-République de Corée. C’est ça que j’ai dit tout à l’heure. Ce n’est pas la première fois que nous le disons ainsi. Nous l’avons déjà souligné à plusieurs reprises.

Q : Pensez-vous que les États-Unis doivent prendre l’initiative dans le règlement de la question des tirs de missile de la RPDC ?

R : La question du nucléaire et des missiles de la RPDC trouve son origine dans les conflits RPDC-États-Unis et RPDC-République de Corée. Nous encourageons toujours les parties concernées à renforcer la communication et à intensifier le dialogue et les contacts pour œuvrer ensemble au règlement pacifique de la question du nucléaire et des missiles de la RPDC et à la préservation de la paix et de la stabilité dans la péninsule coréenne.

Q : Selon le Secrétaire d’État américain Rex Tillerson, la Chine contrôle entièrement ce dont dépend la survie du gouvernement de la RPDC et doit jouer un plus grand rôle. Êtes-vous d’accord avec lui ?

R : J’ai déjà répondu à votre question en répondant aux questions précédentes. La question du nucléaire et des missiles de la RPDC trouve son origine dans les conflits RPDC-États-Unis et RPDC-République de Corée. Nous espérons que les parties concernées pourront redoubler d’efforts pour régler ladite question. En tant que pays d’Asie du Nord-Est, membre permanent du Conseil de Sécurité et membre responsable de la communauté internationale, la Chine œuvre depuis toujours en faveur du règlement de cette question, ce qui est connu de tous. Nous espérons voir les pays concernés assumer tous leur responsabilité et jouer le rôle qui leur revient en faveur d’un règlement pacifique et adéquat de la question du nucléaire et des missiles de la RPDC.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer