Page d'accueil Chine-Tunisie Sur la Chine Visa Commerce et Investissement Tourisme
Conférence de presse du 27 février 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2019/02/27

Q : Selon des reportages, Stephen Jacobi, directeur exécutif du Conseil de promotion des relations entre la Nouvelle-Zélande et la Chine, a récemment déclaré que l’initiative « la Ceinture et la Route » contribuerait à favoriser le développement économique de la Nouvelle-Zélande et à approfondir ses relations avec la Chine. Comment la Chine envisage-t-elle les perspectives de la participation de la Nouvelle-Zélande à la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » ?

R : Depuis le lancement de l’initiative « la Ceinture et la Route », la plupart des membres de la communauté internationale ont salué et reconnu le concept de concertation, de synergie et de partage auquel un nombre croissant de pays et d’organisations internationales ont pris part, et des résultats tangibles ont été obtenus à cet égard. Tous les pays poursuivant le même objectif et s’engageant dans la même voie seront les bienvenus pour participer à la construction de « la Ceinture et la Route ». Nous sommes prêts à continuer à promouvoir une coopération mutuellement avantageuse avec toutes les parties, dans le respect du concept de concertation, de synergie et de partage, et conformément au principe d’ouverture, de tolérance, de coopération et d’avantages mutuels.

Q : Il a été rapporté que le 27 février, la Commission électorale nationale indépendante du Nigéria a annoncé que Muhammadu Buhari, Président en exercice et candidat à la présidence du parti All Progressive Congress, avait remporté l’élection présidentielle avec 55,6 % des voix. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

R : Nous avons noté que la Commission électorale nationale indépendante du Nigéria a annoncé le résultat officiel de l’élection présidentielle, nous adressons nos félicitations à M. Muhammadu Buhari pour sa réélection à la présidence du Nigéria.

Le Nigéria est un partenaire de coopération stratégique important de la Chine en Afrique. La Chine attache toujours une grande importance au renforcement de son partenariat stratégique avec le Nigéria et est prête à travailler de concert avec le nouveau gouvernement nigérian pour intensifier les échanges et la coopération dans différents domaines afin de mieux servir le bien-être des deux peuples.

Q : Lundi, lors de la réunion du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, la Turquie et le Royaume-Uni ont fait part de leurs préoccupations concernant la politique du gouvernement chinois au Xinjiang. Quelle est votre réponse à ce sujet ?

R : Nous avons constaté que ces derniers temps, certaines personnes en Turquie et au Royaume-Uni ont fait une succession de remarques irresponsables et malhonnêtes sur la question du Xinjiang, au mépris des faits. La partie chinoise s’y oppose fermement.

En fait, les pays que vous venez de mentionner savent très bien que les forces violentes, terroristes et séparatistes du « Turkestan oriental » représentées par le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM) constituent la menace la plus directe et la plus grave pour la vie des habitants de la région autonome ouïgoure du Xinjiang depuis de longues années. Certaines personnes du Xinjiang, influencées et dupées par des idées extrémistes, se sont isolées de leur famille et de la société. Sans emplois décents et manquant de compétences professionnelles, elles sont donc très vulnérables devant les forces terroristes, violentes et extrémistes. Les mesures prises par le gouvernement de la région autonome ouïgoure du Xinjiang visent à aider ces gens à maîtriser des compétences professionnelles et à réintégrer la société et leur famille. En apprenant les lois, les compétences professionnelles et la langue commune, ils seront en mesure de mener des activités de production normales et une vie normale, ce qui leur permettra de cesser d’être victimes des terroristes et des forces séparatistes, voire d’en être des auteurs. Ce sont des mesures efficaces pour prévenir le danger.

En fait, ces mesures ont eu des résultats visibles. Le gouverneur et d’autres responsables de la région autonome ouïgoure du Xinjiang ont présenté à plusieurs reprises la situation à la communauté internationale. L’effet le plus notable est qu’au cours des 20 derniers mois environ, aucun attentat terroriste violent faisant du mal aux civils innocents n’a été commis. Je pense que toute personne impartiale portera une appréciation positive sur une telle réalisation.

La Turquie elle-même a été longtemps en proie au terrorisme et aux forces séparatistes, mais certaines personnes dans le pays, au mépris des faits fondamentaux, dénigrent les efforts déployés par la Chine visant à combattre le terrorisme et à éradiquer l’extrémisme, et diffament des mesures prises par le gouvernement de la région autonome du Xinjiang en Chine. De tels actes ne peuvent qu’être qualifiés de malintentionnés. Nous exhortons les pays que vous venez de mentionner à envisager de manière objective les mesures prises par la Chine pour lutter contre le terrorisme et éradiquer l’extrémisme, à cesser de faire des remarques erronées et à défendre l’intérêt général de la coopération internationale dans la lutte antiterroriste par des actions concrètes.

Q : Hier, un avion militaire indien a fait intrusion dans l’espace aérien du Pakistan et violé la souveraineté territoriale du Pakistan. La partie pakistanaise a appelé la communauté internationale à condamner l’invasion indienne, en déclarant que cet acte avait enfreint la Charte des Nations Unies et qu’il faudrait soutenir une détente de la situation, exhorter la partie indienne à mettre fin aux actes d’oppression dans la région du Cachemire sous contrôle indien et à promouvoir la paix et la stabilité régionales par le dialogue. La partie pakistanaise a également déclaré que la partie indienne devrait endosser la responsabilité de l’escalade de la situation. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : En fait, j’ai répondu à des questions à ce sujet hier et exposé la position de principe de la partie chinoise.

Nous avons pris note des développements récents ainsi que des prises de position exprimées respectivement par l’Inde et le Pakistan. Comme je l’ai dit hier, l’Inde et le Pakistan sont deux pays importants d’Asie du Sud. Nous espérons que les deux parties pourront, en tenant compte de l’intérêt général de la paix et de la stabilité dans la région, faire preuve de retenue, intensifier le dialogue et régler adéquatement le problème afin de préserver leurs intérêts fondamentaux, maintenir la paix et la stabilité dans la région et s’abstenir d’actions susceptibles d’entraîner une nouvelle escalade de la tension.

Q : Encore une question sur le Pakistan et l’Inde. Le Pakistan a déclaré qu’il avait abattu aujourd’hui deux avions militaires indiens au Cachemire. En tant que pays voisin, la Chine s’inquiète-t-elle des actions du Pakistan ?

R : Comme je l’ai dit en répondant à la question précédente posée par APP, concernant la récente évolution de la situation qui a attiré l’attention de la communauté internationale, la position de la Chine est claire. Ce qui nous intéresse, c’est le maintien des relations de bon voisinage entre l’Inde et le Pakistan, deux pays importants d’Asie du Sud ; ce qui nous préoccupe, c’est la préservation de la paix et de la stabilité en Asie du Sud. Ainsi, nous espérons que les deux parties pourront faire preuve de retenue, prendre des mesures favorables au dialogue et œuvrer activement en faveur d’une paix et d’une stabilité durables en Asie du Sud.

Q : La Cour internationale de Justice a rendu, le 25 février, un avis consultatif sur l’affaire de l’archipel des Chagos, affirmant que la séparation de l’archipel des Chagos de Maurice par le Royaume-Uni en 1965 était contraire au droit international. Le Royaume-Uni est tenu de mettre fin au plus vite à l’administration de l’archipel des Chagos et tous les États membres doivent coopérer avec l’Assemblée générale des Nations Unies pour mener à bien la décolonisation de Maurice. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Cour internationale de Justice a soutenu, dans son avis consultatif sur la question de l’archipel des Chagos, le processus de décolonisation préconisé par l’ONU, clarifié le droit à l’autodétermination de la nation et d’autres règles du droit international, et soutenu la revendication légitime et raisonnable de Maurice. Le gouvernement chinois s’en félicite. La Chine, prenant une part active aux procédures concernées de cette affaire, a exprimé, dans sa déclaration écrite soumise à la Cour internationale de Justice, son ferme soutien au processus de décolonisation préconisé par les Nations Unies.

Q : Il est rapporté que les dirigeants de la RPDC et des États-Unis discuteraient de la question d’une déclaration de fin de la guerre de Corée lors de leur deuxième rencontre. La partie chinoise avait participé à la guerre de Corée. Quel est le commentaire de la Chine sur une déclaration de fin de guerre ?

R : Nous avons déclaré hier que nous espérons que la deuxième rencontre entre la RPDC et les États-Unis aboutira à des résultats plus positifs sur la base existante.

La Chine est favorable à une fin rapide de l’état de guerre dans la péninsule coréenne. Nous avons proposé et nous pensons toujours que la double approche consistant à promouvoir parallèlement la dénucléarisation de la péninsule coréenne et la mise en place d’un mécanisme de paix dans la péninsule est le moyen efficace pour résoudre le problème de la péninsule. Nous soutenons tous les efforts contribuant à la réalisation de ce processus et nous entendons continuer à jouer notre rôle à cet égard.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer