Page d'accueil Chine-Tunisie Sur la Chine Visa Commerce et Investissement Tourisme
Conférence de presse du 3 avril 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/04/03

À l'invitation du gouvernement russe, Arken Imirbaki, Vice-Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale, participera au 5e Forum international de l'Arctique du 8 au 12 avril en Russie.

Q : Première question : lundi, les procureurs fédéraux américains ont intenté un procès contre Zhang Yujing, une Chinoise qui aurait tenté d'entrer à Mar-a-Lago samedi dernier. Pouvez-vous nous donner plus de détails ? A-t-elle demandé l'assistance consulaire du consulat général de Chine ? Et deuxième question : on dit que des conseillers militaires de l'Armée populaire de Libération de Chine assistent le gouvernement Maduro au Venezuela. Avez-vous un commentaire à ce sujet ?

R : En ce qui concerne votre première question, je ne suis pas au courant de ce que vous avez dit.

Concernant votre deuxième question, je ne sais pas où vous avez obtenu cette information, ni dans quel but elle a été fabriquée, mais je peux vous dire ceci : ce que vous avez dit est tout à fait infondé.

La position du gouvernement chinois sur la question du Venezuela est toujours claire. Nous défendons fermement le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, nous nous opposons à toute ingérence extérieure dans les affaires intérieures des autres pays, et nous estimons que le gouvernement et l'opposition du Venezuela doivent rechercher une solution politique au moyen d'un dialogue pacifique. Conformément au principe d'égalité, de coopération gagnant-gagnant et de développement partagé, nous continuerons de faire progresser les relations et la coopération sino-vénézuéliennes dans divers domaines.

Q : Selon les médias japonais, l'ambassadeur de Chine au Japon Cheng Yonghua quittera ses fonctions le mois prochain. Le Vice-Ministre chinois des Affaires étrangères Kong Xuanyou lui succédera. Pouvez-vous confirmer cela ?

R : Je n'ai rien de précis à vous dire pour le moment. La nomination et l'entrée en fonction des ambassadeurs chinois doivent suivre les procédures prévues.

Q : Les États-Unis ont déclaré qu'ils n'enverraient pas de délégation de haut niveau en Chine pour participer au deuxième Forum « Ceinture et Route » pour la coopération internationale qui aura lieu ce mois-ci. Quel est votre commentaire à ce sujet et connaissez-vous la raison de l'absence de la partie américaine ?

R : J'ai noté des informations en la matière dans les médias. Si telle est la décision des États-Unis, vous devriez poser la question à la partie américaine.

Ce que je peux vous dire, c'est que l'initiative « la Ceinture et la Route » est une initiative de coopération économique ouverte, inclusive et transparente. Nous invitons les pays partageant les mêmes idées à participer à la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » et à réaliser une coopération gagnant-gagnant conformément au principe de consultations, de coopération et de bénéfices partagés.

Les préparatifs du deuxième Forum « Ceinture et Route » pour la coopération internationale vont bon train. Jusqu'à présent, des représentants de plus d'une centaine de pays, dont près de 40 dirigeants étrangers, ont confirmé leur présence. En tant que pays hôte, la Chine a toute confiance dans la réussite de cet événement. Nous travaillerons avec toutes les parties pour obtenir plus de résultats substantiels de la coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route », qui profiteront aux peuples de tous les pays.

Q : Hier, le Ministère russe des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que le Groupe d'experts gouvernementaux (GGE) créé en vertu de la résolution 72/250 de l'Assemblée générale des Nations Unies avait tenu des discussions, à la mi-mars à Genève, sur les éléments essentiels d'un instrument international juridiquement contraignant sur la prévention de la course aux armements, au cours desquelles des experts de 25 pays, dont la Russie, la Chine et le Brésil, ont tenté d'élaborer un rapport consensuel. Mais les États-Unis ont empêché l'adoption du rapport final du GGE sans avoir donné aucune explication explicite. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La prévention d'une course aux armements dans l'espace extra-atmosphérique est une aspiration commune de la communauté internationale depuis de longues années. Compte tenu de l'importance et de l'urgence de cette question, et sur proposition de la Chine, de la Russie et d'autres pays, l'ONU a constitué le Groupe d'experts gouvernementaux composé de membres de 25 pays, dans le but d'examiner et de formuler des recommandations sur les éléments essentiels de l'instrument juridique international concerné. Grâce aux efforts assidus déployés par le GGE au cours des deux réunions, un consensus a été presque atteint pour l'adoption d'un rapport final qui permettrait d'apporter une contribution importante à la sécurité de l'espace extra-atmosphérique. Cependant, en raison de l'endiguement par un certain pays, le GGE n'a pas pu adopter un tel rapport. La Chine le regrette profondément.

La Chine défend toujours l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique à des fins pacifiques et s'oppose à une course aux armements et à la militarisation de cet espace. Nous espérons que les parties concernées examineront cette question de manière objective pour assurer la sécurité commune de tous les pays, participeront activement au processus international de contrôle des armements dans l'espace, et préserveront véritablement la paix et la sécurité durables dans l'espace.

Q : Le 2 avril, la Cour suprême des Comores a officiellement publié le résultat de l'élection présidentielle du pays et confirmé la victoire du Président sortant Azali Assoumani avec 59,05% des voix. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons pris note du résultat des élections annoncé par la Cour suprême des Comores et félicitons M. Azali Assoumani pour sa réélection à la présidence des Comores.

La Chine et les Comores sont liées par une amitié traditionnelle. La Chine, très attachée au développement des relations sino-comoriennes, entend travailler de concert avec le nouveau gouvernement des Comores pour renforcer la coopération amicale dans divers domaines dans le cadre du Forum sur la coopération sino-africaine et du Forum sur la coopération sino-arabe, et hisser les relations d'amitié et de coopération sino-comoriennes à un niveau supérieur.

Q : Hier, le Président algérien Abdelaziz Bouteflika a annoncé sa démission après des mois de manifestations. Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

R : Nous avons noté les reportages concernés. Le Président Abdelaziz Bouteflika est un dirigeant vétéran de l'Algérie, qui a apporté une contribution significative aux relations sino-algériennes. Nous pensons que le peuple algérien a la capacité d'assurer un processus de transition politique dans d'heureuses conditions et de maintenir la sécurité et la stabilité nationales.

Q : Selon le Hindustan Times, le Département d'État américain a déclaré qu'il espérait vivement que, dans le cadre du Conseil de Sécurité des Nations Unies, le chef du Jaish-e-Mohammed Masood Azhar soit inscrit sur la liste par le biais des procédures du Comité 1267, et que les États-Unis, leurs alliés et leurs partenaires utiliseraient tous les moyens nécessaires pour que ce dernier soit tenu pour responsable. Les États-Unis ont également confirmé que le projet de résolution soumis au Conseil de Sécurité la semaine dernière avait été soutenu par le Royaume-Uni et la France. Comment réagissez-vous à cela ?

R : Vendredi dernier, les membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies ont procédé à un échange de vues sur le projet de résolution diffusé par les États-Unis. La majorité d'entre eux ont convenu que la question de la liste devrait être résolue par le dialogue et la consultation au sein du Comité 1267, au lieu de forcer un vote sur le projet de résolution.

Récemment, la Chine a travaillé auprès de toutes les parties et a obtenu des résultats positifs. Les États-Unis sont conscients de cela. Dans de telles circonstances, les États-Unis ont quand même tenu à faire adopter le projet de résolution au Conseil de Sécurité, sans aucune raison. Ce que les États-Unis ont fait n'est pas conforme aux règles et à l'usage du Conseil de Sécurité, et a créé un mauvais précédent qui ne fera que compliquer les choses et ne fera aucun bien à la paix et à la stabilité en Asie du Sud.

La Chine continuera de participer aux discussions et examens sur les problèmes liés à l'inscription de manière responsable et constructive, et nous espérons que cette question sera résolue de manière appropriée.

Q : Jusqu'à présent, aucune preuve solide n'a été apportée concernant l'implication de Jaish-e-Mohammed dans l'attaque de Pulwama. Par ailleurs, lors d'un séminaire à Londres, un ancien général indien qui occupait le poste de commandant du corps d'armée au Cachemire indien a déclaré que l'incident de Pulwama était inévitable en raison des politiques du gouvernement indien dans la région. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine a déjà clairement exprimé son attitude face à l'attaque qui a eu lieu récemment dans le Cachemire sous contrôle indien. Nous espérons que la paix et la stabilité seront maintenues en Asie du Sud et que l'Inde et le Pakistan régleront la question concernée par le dialogue et la consultation.

En ce qui concerne la question de l'inscription, comme je l'ai dit plus tôt, la Chine continuera de participer aux discussions et à l'examen de la question de manière responsable et constructive. Nous espérons et pensons que la question sera résolue de manière appropriée.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer