Page d'accueil Chine-Tunisie Sur la Chine Visa Commerce et Investissement Tourisme
Conférence de presse du 21 septembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020/09/21

CCTV : Selon des reportages, le Sous-Secrétaire d'État américain Krach a rencontré, lors de sa visite à Taiwan du 17 au 19 septembre, Tsai Ing-wen et d'autres dirigeants de la région, et a assisté à une activité commémorative de Lee Teng-hui. Il s'agit d'une visite à Taiwan d'un autre haut responsable américain après celle du Secrétaire du Département américain de la Santé Azar en août. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine s'oppose fermement à tout contact officiel, sous quelque forme que ce soit, entre les États-Unis et la région de Taiwan. Les États-Unis, en tenant à envoyer le Secrétaire du Département de la Santé Azar et le Sous-Secrétaire d'État Krach effectuer des visites à Taiwan, ont gravement violé le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains. Cette provocation politique contre la Chine encourage les séparatistes favorables à l'« indépendance de Taiwan » et sape les relations sino-américaines ainsi que la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan. La Chine s'y oppose fermement et la condamne vivement. Nous prendrons des contre-mesures légitimes, y compris contre les individus concernés. Les actes des États-Unis auront des conséquences plus graves sur la coordination et la coopération sino-américaines sur les grandes questions régionales et internationales d'importance majeure. Les États-Unis doivent assumer toutes les responsabilités qui leur incombent.

La Chine est déterminée à sauvegarder la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale, à s'opposer aux ingérences extérieures et à réaliser la réunification des deux rives du détroit de Taiwan. Nous avertissons solennellement la partie américaine que l'« indépendance de Taiwan » ne mène qu'à une impasse, et que les tentatives de tolérer et soutenir l'« indépendance de Taiwan » sont vouées à l'échec. Tout acte consistant à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Chine et à interférer dans les affaires intérieures de la Chine suscitera une vive riposte de la Chine. Aucune force ne saura endiguer la tendance historique de la réunification de la Chine. La Chine exhorte les États-Unis à corriger leurs erreurs, à honorer scrupuleusement leurs engagements dans les trois communiqués conjoints sino-américains, à mettre fin à leurs contacts officiels et à leurs liens militaires avec Taiwan, et à cesser leur ingérence dans les affaires intérieures de la Chine ainsi que leurs propos et leurs actes qui sapent les relations sino-américaines ainsi que la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan.

Global Times : Nous avons noté que le site web du Ministère chinois des Affaires étrangères a publié le document de position de la Chine pour le Sommet des Nations Unies sur la biodiversité, intitulé « Construire une communauté de destin pour toute la vie sur la Terre : la Chine en action ». Pouvez-vous offrir plus d'informations à ce sujet ?

Wang Wenbin : Alors que le Sommet des Nations Unies sur la biodiversité doit se tenir le 30 septembre, le Ministère chinois des Affaires étrangères et le Ministère chinois de l'Écologie et de l'Environnement ont publié conjointement aujourd'hui le document de position de la Chine intitulé « Construire une communauté de destin pour toute la vie sur la Terre : la Chine en action », présentant les expériences, les progrès, la position et les propositions de la Chine sur la conservation de la biodiversité du point de vue de la conception relative à la civilisation écologique, des mesures politiques nationales, de la promotion du développement durable, de l'engagement de toute la société, de la gouvernance mondiale de la biodiversité, des échanges et de la coopération internationaux.

Comme indiqué dans le document de position, la Chine restera déterminée à poursuivre la protection écologique et le développement vert. Fidèle au multilatéralisme et à l'idée de construction d'une communauté de destin pour l'humanité, la Chine participera activement à la gouvernance mondiale de la biodiversité et contribuera à la civilisation écologique mondiale et à une communauté de destin pour la vie sur la Terre. Pays hôte de la 15e Conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique, la Chine fera activement les préparatifs et se tient prête à travailler avec les autres pays pour faire de la Conférence un événement ambitieux, équilibré et pragmatique, et créer un monde dynamique, propre et beau.

Reuters : L'Armée populaire de Libération de Chine a publié une vidéo montrant des bombardiers faisant des exercices consistant à simuler une attaque contre ce qui semble être la base aérienne d'Andersen sur l'île de Guam. La Chine peut-elle le confirmer ? Pourquoi la Chine a-t-elle fait de la base militaire de l'armée de l'air américaine la cible de cette attaque simulée ? Vise-t-elle à menacer les États-Unis ?

Wang Wenbin : Je ne suis pas au courant de ce que vous avez dit. Veuillez vous renseigner auprès des départements compétents.

CRI : Les États-Unis ont annoncé unilatéralement le 19 septembre que, compte tenu de la lettre adressée par les États-Unis au Conseil de Sécurité le 20 août pour demander à ce dernier de lancer le mécanisme de « reprise rapide des sanctions » contre l'Iran, toutes les sanctions du Conseil de Sécurité contre l'Iran avaient été rétablies. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons réaffirmé la position de la Chine sur la manière dont la question nucléaire iranienne peut être abordée au Conseil de Sécurité. Les États-Unis ne sont plus partie au JCPOA puisqu'ils s'en sont retirés. La lettre qu'ils ont adressée au Conseil de Sécurité le 20 août n'a aucune validité juridique, et les États-Unis n'ont aucun droit de demander au Conseil de Sécurité de déclencher le mécanisme de « reprise rapide des sanctions ». Le Président du Conseil de Sécurité a conclu qu'il ne donnerait aucune suite à la demande américaine, et le Conseil de Sécurité n'a pris aucune mesure pour déclencher la reprise des sanctions. Par conséquent, le Conseil de Sécurité, conformément à la résolution 2231, poursuivra ses décisions en ce qui concerne les sanctions contre l'Iran. Le week-end dernier, les parties au JCPOA, dont la Chine, la Russie, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, ont respectivement adressé des lettres au Président du Conseil de Sécurité pour exprimer clairement leur opposition à l'annonce unilatérale par les États-Unis de la reprise des sanctions. L'Union européenne a également fait une déclaration. Tout cela reflète la position partagée et le consensus de la communauté internationale.

La partie américaine utilise ou rejette le droit international selon son bon plaisir. Elle enfreint non seulement la loi, mais menace également d'utiliser des sanctions unilatérales illégales pour contraindre d'autres pays. Cette approche arrogante et insolente a été largement désapprouvée et contestée par la communauté internationale. Nous recommandons à la partie américaine de ne pas agir arbitrairement dans la voie de l'unilatéralisme.

La Chine a pris note des préoccupations des pays concernés quant à la situation au Moyen-Orient et dans le Golfe. Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a formulé une proposition à cet égard, à savoir que, sur la base du maintien du JCPOA, une plate-forme de dialogue entre les pays de la région serait mise en place dans le but de favoriser la réalisation d'un nouveau consensus sur la sauvegarde de la paix et de la stabilité régionales. Nous entendons travailler avec les parties concernées pour continuer à promouvoir un règlement politique et diplomatique de la question nucléaire iranienne.

Bloomberg : Concernant les dernières évolutions de l'affaire TikTok, certains commentaires disent que ByteDance a réussi à conserver les droits d'apport de TikTok et de ses propres algorithmes techniques, ce qui lui a permis d'éviter une utilisation interdite par l'administration américaine. Par ailleurs, l'interdiction de WeChat par le Département américain du Commerce sera également suspendue. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? Quel impact la situation susmentionnée aura-t-elle sur les relations économiques et commerciales entre les deux pays ?

Wang Wenbin : Nous ne commentons pas les activités commerciales spécifiques des entreprises. Par principe, je voudrais réitérer que la Chine exhorte les États-Unis à respecter les principes de l'économie de marché et de la concurrence loyale, à observer les règles du commerce international, à arrêter de politiser la coopération normale économique et commerciale et à créer un environnement ouvert, juste, équitable et non discriminatoire pour les entreprises étrangères qui se développent aux États-Unis.

China Daily : Bon nombre de hauts responsables américains ont critiqué la Chine à plusieurs reprises au sujet de la question du « travail forcé » au Xinjiang. L'administration américaine a également mis en place des sanctions contre les entreprises du Xinjiang. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Les affaires du Xinjiang sont des affaires purement intérieures de la Chine, dans lesquelles les États-Unis n'ont pas le droit d'intervenir ni la qualification pour ce faire. Depuis un certain temps, certaines forces américaines font du tapage à leur guise autour de la question du « travail forcé » du Xinjiang en ignorant les efforts considérables déployés par le Xinjiang pour protéger les droits de l'homme, et noircissent les réalisations du Xinjiang en matière de sécurité du travail et de l'emploi. Cependant, les remarques américaines n'ont aucun fondement factuel et ne tiennent pas debout. Ce sont typiquement de la désinformation et de fausses informations. Le Bureau de l'Information du Conseil des Affaires d'État de Chine vient de publier un livre blanc intitulé « La Sécurité du travail et de l'emploi au Xinjiang ». Si ces individus aux États-Unis se soucient vraiment de la situation de l'emploi au Xinjiang, je leur conseille de bien lire ce livre blanc.

Le livre blanc déclare, tout au début, que le travail est une activité essentielle de l'humanité et qu'il crée les moyens d'existence. Le travail permet de créer une vie merveilleuse et favorise le développement général de l'homme et le progrès de la civilisation. La Constitution de la République populaire de Chine attribue aux citoyens le droit et l'obligation de travailler. Garantir le droit au travail, c'est sauvegarder la dignité de l'homme et les droits de l'homme. Le Xinjiang considère toujours le respect de la volonté des travailleurs comme un fondement important pour élargir les canaux d'emploi et dispenser une formation professionnelle, et garantit aux travailleurs le droit égal à l'emploi, à la rémunération, au repos et aux congés, à la sécurité au travail, à la sécurité sociale et à la liberté de croyance religieuse. Le Xinjiang veille à ce qu'il n'y ait pas de discrimination à l'encontre des travailleurs à cause de l'ethnie, de la région, du sexe ou de la croyance religieuse, et qu'aucun de leur droit ne soit restreint en raison de leur statut urbain ou rural ou de leur profession. Le salaire minimum au Xinjiang a été augmenté de 19,74%, passant de 1 520 RMB par mois en 2013 à 1 820 RMB par mois en 2018, ce qui était à un niveau relativement élevé dans le pays. Les travailleurs ont le droit de prendre des congés les fins de semaine et les jours fériés, y compris la Fête du Printemps, la Fête de la Rupture du jeûne (Aïd al-Fitr) et la Fête du Corban (Aïd al-Adha), et ils peuvent choisir les langues orales et écrites qu'ils utilisent pour communiquer.

Le Xinjiang est déterminé à prévenir et combattre le travail forcé. Il est interdit d'obliger de travailler en faisant recours à la violence, à la menace ou à la limitation illégale de la liberté individuelle, et d'insulter, de punir physiquement, de lyncher, de fouiller et de détenir illégalement les travailleurs. Des sanctions administratives seront imposées en cas de violation de la loi ; les criminels font l'objet de poursuites judiciaires. Le Xinjiang observe strictement les 26 conventions internationales du travail, y compris la « Convention concernant la discrimination (emploi et profession) » et les trois autres conventions fondamentales de l'OIT, le « Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels », et d'autres conventions internationales, pour protéger efficacement les droits des travailleurs et lutter contre le travail forcé.

Avec la mise en œuvre d'une série de mesures politiques sur l'emploi, le Xinjiang a connu une amélioration notable du niveau de vie des habitants de toutes les ethnies. Les travailleurs du Xinjiang qui travaillent de leur plein gré dans d'autres provinces ont un revenu annuel moyen d'environ 40 000 RMB par personne, et les travailleurs à l'intérieur du Xinjiang ont un revenu annuel moyen de 30 000 RMB par personne, soit nettement supérieur au revenu provenant de l'agriculture. De 2013 à la fin 2019, le taux de la pauvreté est passé de 19,4% à 1,24% dans le Xinjiang. De 2014 à la fin 2019, 2,92 millions de personnes au total sont sorties de la pauvreté.

Je tiens à vous dire que le respect et la protection des droits de l'homme sont des principes inscrits dans la Constitution de la Chine. Le PCC et le gouvernement chinois ont toujours donné la priorité à la protection des droits des citoyens au travail et à l'emploi. Ils sont déterminés à prévenir et à éliminer le travail forcé de quelque manière que ce soit. Les politiques et les pratiques concernant l'emploi et la sécurité de l'emploi dans le Xinjiang sont conformes à la Constitution de la Chine et aux lois concernées, ainsi qu'aux normes internationales du travail et des droits de l'homme. Ceux qui reprochent au Xinjiang d'imposer le « travail forcé », s'ils ne sont pas ignorants, agissent à des fins inavouables. Nous exhortons ces personnes aux États-Unis à respecter les faits fondamentaux, à cesser de salir la situation des droits de l'homme dans le Xinjiang, à cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, et à cesser de perturber la stabilité et la prospérité du Xinjiang. La Chine prendra les mesures nécessaires pour défendre les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises.

AFP : Pouvez-vous nous dire si le gouvernement chinois approuvera l'accord entre TikTok et des sociétés américaines comme Oracle et Walmart ?

Wang Wenbin : J'ai répondu à une question similaire tout à l'heure. Je ne vais pas faire de répétitions.

South China Morning Post : Premièrement, selon les médias indiens, la police indienne a récemment arrêté trois personnes soupçonnées d'avoir fourni des renseignements à la Chine, dont un ressortissant chinois. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? Deuxièmement, toujours selon les médias indiens, la Chine et l'Inde tiendront bientôt un autre cycle de pourparlers au niveau des commandants de corps d'armée. Pouvez-vous le confirmer et nous en présenter les derniers développements ? Troisièmement, la Chine a annoncé la semaine dernière que le Président Xi Jinping assisterait par liaison vidéo aux réunions de haut niveau pour célébrer le 75e anniversaire de la fondation de l'ONU. Pouvez-vous nous donner plus de détails à ce sujet ?

Wang Wenbin : Concernant votre première question, je n'en suis pas au courant.

Pour ce qui est de votre deuxième question, la Chine et l'Inde sont en étroite communication par les voies diplomatique et militaire pour résoudre l'événement actuel à la frontière. Autant que je sache, le 6e cycle de pourparlers au niveau des commandants de corps d'armée se tient au moment même où notre conférence de presse se déroule. La partie chinoise publiera les informations concernées en temps utile.

Quant à votre troisième question, le Président Xi Jinping participera par liaison vidéo aux réunions de haut niveau pour marquer le 75e anniversaire de la fondation de l'ONU, et y prononcera une allocution importante. Il s'agit de la réunion de haut niveau pour célébrer le 75e anniversaire de l'ONU, du débat général de la 75e session de l'Assemblée générale de l'ONU, du Sommet de l'ONU sur la biodiversité, et de la réunion de haut niveau pour célébrer le 25e anniversaire de la Conférence mondiale sur les femmes tenue à Beijing. Nous avons déjà publié les informations à ce sujet.

Le Président Xi exposera, lors de ces réunions, les initiatives et les propositions de la Chine sur les grandes questions d'intérêt commun pour les peuples du monde entier, telles que le développement des relations internationales, la mondialisation économique, la conservation écologique, la gouvernance mondiale et la cause mondiale des femmes, et appellera au soutien du multilatéralisme, au maintien de l'autorité et du rôle de l'ONU, à la préservation du système international centré sur l'ONU et de l'ordre international fondé sur le droit international, et à la construction d'une communauté de destin pour l'humanité. Veuillez prêter attention aux autres informations que nous publierons en temps utile.

AFP : Selon un reportage de BBC, un Britannique du nom de Fraser Cameron est soupçonné d'avoir transmis des renseignements sensibles à des espions chinois. Quelle est la réaction de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Je ne suis pas au courant de ce que vous dites. L'affirmation sensationnelle de la « menace d'espions chinois » n'est pas nouvelle ; elle est évoquée de temps en temps, mais il a toujours été prouvé qu'elle est purement imaginaire. Je tiens à vous dire que la Chine développe toujours des relations extérieures sur la base des principes du respect mutuel et de la non-ingérence réciproque dans les affaires intérieures des autres pays. Nous espérons que les parties concernées, y compris les médias, pourront voir et couvrir les affaires concernées d'une manière objective et rationnelle.

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, la cérémonie de remise de matériels d'assistance humanitaire par la Chine à l'Afghanistan a eu lieu le 20 septembre à Kaboul. Pouvez-vous fournir des informations à ce sujet ?

Wang Wenbin : Après la survenue de l'épidémie de COVID-19, la Chine a ressenti profondément les difficultés du peuple afghan. Le gouvernement chinois a fourni, dans la mesure de ses capacités et à plusieurs reprises, de l'assistance à la partie afghane, notamment des matériels anti-épidémiques. Les matériels remis lors de la cérémonie comprenaient des tentes, des couvertures et des articles pour la vie courante. La partie afghane a remercié le gouvernement et le peuple chinois pour leurs dons et a promis de distribuer rapidement les matériels aux personnes dans le besoin dans toutes les provinces. Nous espérons que ces matériels permettront d'améliorer la capacité d'intervention d'urgence du gouvernement afghan en cas de catastrophe et de fournir un abri sûr aux personnes touchées.

La Chine et l'Afghanistan sont bons voisins, bons amis et bons partenaires. Depuis le début de cette année, le gouvernement et l'armée chinois ont successivement fourni à la partie afghane plusieurs lots de matériels anti-épidémiques, notamment des masques, des combinaisons de protection, des réactifs de test, des lunettes de protection, des gants chirurgicaux et des pistolets thermomètres pour répondre aux besoins immédiats de la partie afghane. La Chine continuera de contribuer à la reconstruction pacifique et au développement économique de l'Afghanistan et à promouvoir une coopération pragmatique dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » et dans d'autres domaines, pour que les deux peuples bénéficient davantage de la coopération sino-afghane.

China News Service : Le Secrétaire d'État adjoint aux affaires de l'Asie de l'Est et du Pacifique du Département d'État américain, David R. Stilwell, et d'autres responsables américains ont affirmé, lors d'une séance d'audition devant la Commission sénatoriale des Affaires étrangères, que la Chine était le principal défi à la politique étrangère des États-Unis, et le Département d'État américain a demandé à toutes les missions diplomatiques et consulaires américaines dans le monde entier d'être « suffisamment concentrées et coordonnées » sur le défi posé par la Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Les propos de certains responsables du Département d'État américain, en ignorant les faits et en faisant passer le noir pour le blanc, sont pleins de préjugés idéologiques et de la mentalité de guerre froide. Ces derniers temps, de hauts responsables américains s'affairent à préparer un méli-mélo de mensonges politiques sur une série de questions relatives à la Chine. Les propos de David R. Stilwell que vous avez mentionnés en sont un exemple typique. La communauté internationale voit cela très clairement.

J'ai déjà exposé la position solennelle de la Chine à ce sujet lors d'une conférence de presse la semaine dernière. Ici, je veux souligner à nouveau que la Chine est attachée à une politique étrangère d'indépendance et de paix, qu'elle poursuit la voie du développement pacifique, travaille à développer un nouveau type de relations internationales et à construire une communauté de destin pour l'humanité. La Chine ne représente une menace pour aucun pays et ne cherchera jamais à se développer aux dépens des autres pays. Les tentatives des États-Unis de diffamer la Chine et de semer la discorde dans les relations entre la Chine et les autres pays ne réussiront pas.

Nous exhortons certains responsables américains à respecter les faits, à cesser de salir la Chine dans un dessein inavouable, et à cesser de tenir des propos anti-chinois, pour éviter de nuire davantage aux relations bilatérales.

Bloomberg : Selon des médias taiwanais, des avions de l'APL ont survolé la soi-disant « ligne médiane du détroit » le 17 septembre. Quelle est la position de la Chine sur la « ligne médiane du détroit » ?

Wang Wenbin : Taiwan est une partie intégrante du territoire chinois. La soi-disant « ligne médiane du détroit » n'existe pas.

Shenzhen TV : Gar Pardy, qui était Directeur général des Affaires consulaires du Ministère canadien des Affaires étrangères, a convaincu plus de 100 anciens diplomates canadiens d'adresser une lettre cosignée au Premier Ministre Trudeau, appelant le gouvernement canadien à libérer Meng Wanzhou en échange de Michael Kovrig et de Michael Spavor. Il a déclaré que les différends entre la Chine et le Canada avaient non seulement affecté les relations bilatérales, mais aussi miné la capacité du Canada à gérer les affaires internationales. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons noté les reportages en la matière. Auparavant, 19 anciens responsables canadiens, dont l'ancien Ministre de la Justice et l'ancien Ministre des Affaires étrangères, avaient également adressé une lettre cosignée au Premier Ministre Trudeau, demandant au gouvernement canadien de libérer Meng Wanzhou. La position de la Chine sur l'affaire Meng Wanzhou est claire et ferme. Sous prétexte d'une « demande des États-Unis », le Canada a pris arbitrairement des mesures contraignantes à l'encontre d'une citoyenne chinoise, ce qui a gravement violé ses droits et intérêts légitimes. L'affaire Meng Wanzhou est d'une nature entièrement différente des cas de Michael Kovrig et Michael Spavor. L'affaire Meng Wanzhou est un grave incident politique, tandis que les deux Canadiens sont soupçonnés d'avoir mené des activités mettant en danger la sécurité nationale de la Chine. Les organes judiciaires chinois traitent les affaires de manière indépendante et assurent les droits légitimes des deux Canadiens conformément à la loi.

Je veux souligner que c'est précisément ce que le Canada a fait dans l'affaire Meng qui a causé les difficultés actuelles dans les relations sino-canadiennes. Nous exhortons le Canada à tenir compte avec tout le sérieux qui s'impose de la position solennelle et des préoccupations de la Chine, à libérer immédiatement Mme Meng et à assurer son retour en toute sécurité en Chine, afin de créer les conditions permettant aux relations bilatérales de revenir sur la bonne voie.

AFP : Le Président américain Trump s'est entretenu au téléphone avec le nouveau Premier Ministre japonais Suga, et ils ont discuté de sujets dont la « région indo-pacifique libre et ouverte ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine n'a aucune objection au développement de relations normales entre les autres pays. Dans le même temps, nous sommes d'avis que ces échanges et cette coopération devraient favoriser la confiance mutuelle entre les pays de la région, ainsi que la paix, la stabilité et la prospérité de la région.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer